Comment bien gérer les disputes

gerer disputes couple

Les disputes, vous avez horreur de ça. Dans votre couple, même, vous avez tendance à tout mettre en œuvre pour les éviter. Pour vous, une dispute, c’est synonyme de crise, ça signifie hurlements, claquements de portes, insultes même… en bref, ça signifie que les choses ne vont pas bien. Et pourtant, détrompez-vous : dans un couple, les disputes ont du bon. Il suffit de savoir se disputer intelligemment.

Pourquoi se dispute-t-on quand on est en couple ?

Il est normal de se disputer quand on est on est en couple. Et même, le contraire serait surprenant. Un couple qui ne se dispute pas, ce n’est pas forcément un couple heureux, mais plutôt un couple qui ne communique pas ! Car savoir déclencher des disputes, c’est parfois important. Sans les disputes, les rancœurs risquent de s’accumuler, les problèmes de n’être jamais évoqués, les points douloureux jamais éclaircis. On finit par se retrouver avec une montagne, alors qu’on était parti d’une taupinière. Et c’est là que les vrais problèmes commencent. La véritable erreur, dans les disputes, c’est de croire que se disputer veut dire que son couple est en crise. Peut-être même est-il nécessaire de se disputer chaque fois que c’est nécessaire pour éviter la grosse crise, justement ! Car l’important, c’est de crever l’abcès avant qu’il ne se transforme en tumeur… à condition, bien sûr, de savoir se servir des disputes pour avancer, pas pour se bloquer.

Comment gérer l’agressivité lors de disputes ?

Il est parfois naturel de se laisser emporter dans le feu d’une dispute : on commence par reprocher à l’autre d’avoir laissé traîner ses chaussettes sous le lit, et on finit par lui jeter à la face qu’il n’a jamais coupé le cordon avec sa mère et qu’on ne veut pas d’un gosse dans sa vie ! Pour conclure « ça suffit comme ça » et partir en claquant la porte. Du calme ! Profiter de la dispute pour crever un abcès plus profond qu’il n’en a l’air, d’accord. Mais se laisser emporter par son agressivité et se laisser aller jusqu’à lancer des paroles qu’on regrettera plus tard, non ! Se disputer, contrairement à ce qu’on croit parfois, ne doit pas être synonyme de perdre totalement le contrôle de soi-même, pour la bonne raison qu’on ne s’engueule pas pour s’insulter mais pour, au bout du compte, essayer de mieux se comprendre ! Seulement, saisir ce que l’autre essaie de dire au milieu des hurlements, c’est un peu difficile. Alors, avant tout, essayez de maîtriser vos décibels, ainsi que ceux de votre conjoint. S’il tend à crier, une bonne technique : parlez à voix basse. Comme ça l’intéresse quand même de vous entendre exposer vos arguments de défense, ou vos chefs d’accusation, il baissera, lui aussi, automatiquement le volume.

Qu’est-ce qu’une dispute constructive ?

Les disputes sont constructives dans le couple quand elles permettent à chacun d’exprimer sa personnalité, de sortir de la fusion parfois étouffante d’une relation. Elles permettent de se définir clairement face à l’autre, de l’aider à mieux vous connaître mutuellement. Elles sont constructives quand elles permettent d’éviter de reproduire des situations qui sont désagréables, quand elles sont une leçon plutôt qu’un blocage. Aussi, afin d’éviter de perdre de l’énergie pour rien, faites en sorte de rendre vos disputes constructives, en évitant, pour commencer, de détruire l’autre. Ce qui consiste à éviter les menaces (si tu ne changes pas radicalement, je te quitte). En le menaçant, vous mettez l’autre au pied du mur, vous lui posez un ultimatum qui risque de le braquer et se sentir toujours « à l’essai » avec vous. Dans la même optique, évitez le chantage (si ton ex continue à t’appeler, je me flingue). Quand on passe au chantage, on est déjà au-delà de la dispute et même des revendications. On exerce sur l’autre une pression psychologique, on le conditionne pour qu’il se conforme à ce qu’on attend de lui, alors que le but de la dispute, c’est quand même de négocier et d’arriver à un accord. Dans la dispute, on est deux. Mais si le chantage ou les menaces entrent en scène, on se place dans une relation de dominant à dominé, qui se base sur le pouvoir et non plus sur le dialogue. Même si l’autre, inquiet par vos menaces, se plie à vos désirs, soyez certain que ce sera au détriment de votre couple et de vos sentiments réciproques de respect et d’estime.

Comment bien se disputer ?

Mais si, bien se disputer, c’est tout à fait possible ! Et on vous en donne tout de suite un exemple concret. Au cours d’une violente dispute, vous reprochez à votre conjoint de laisser sa mère s’immiscer sans cesse dans vos affaires. Vous lui intimez de changer immédiatement son fusil d’épaule. Faites-le de façon virulente si vous voulez, mais n’oubliez de lui expliquer pourquoi vous êtes en colère. Non, ça ne tombe pas sous le sens… ça ne tombe jamais sous le sens pour votre conjoint (surtout quand il s’agit de sa mère !) Alors, n’hésitez pas à vous lancer dans des explications : oui, votre belle-mère est envahissante. Non, ce n’est pas normal qu’elle appelle tous les jours, critique sans cesse votre façon de cuisiner, de vous habiller, etc. Au fur et à mesure que vous exprimez vos griefs, vous vous défoulez, mais vous essayez aussi de faire comprendre à l’autre pourquoi vous êtes en colère et pourquoi c’est légitime. Vous lui donnez ainsi une chance de changer son attitude en connaissance de cause. En revanche, si vous hurlez, tempêtez et, pour finir, le menacez de le quitter s’il ne met pas immédiatement sa mère à la porte, il obéira peut-être, mais ce sera parce que vous l’avez terrorisé, pas parce qu’il vous a comprise. Le résultat est le même, mais les conséquences sont différentes : dans le premier cas, vous avez établi un dialogue. Dans le deuxième, votre conjoint ne vous comprend pas plus pour autant, ne vous donne pas raison. Il obéit parce qu’il n’a pas le choix, c’est tout.

Savoir se disputer intelligemment, tout un art

Attention : on ne vous blâme pas de vouloir vous débarrasser à tout prix de votre belle-mère, si elle est bien telle que vous l’avez décrite. Et même, dans certains cas, quand, après avoir tenté d’expliquer les choses sur tous les tons à votre partenaire, mais que les choses ne changent pas pour autant, on ne vous reproche pas d’employer les grands moyens… Mais, même s’il n’y a qu’avec les menaces que vous avez réussi à vous faire entendre, n’oubliez pas, dans un second temps, de revenir dessus et d’expliquer à votre conjoint le pourquoi de ces menaces. Ne lâchez pas prise… essayez, par tous les moyens, d’ouvrir le dialogue. N’oubliez pas qu’une dispute n’est pas constructive sur la base de ses résultats (quand vous obtenez ce que vous voulez), mais quand vous établissez le dialogue (même si vous n’obtenez pas exactement ce que vous voulez… se disputer, c’est se mesurer l’un à l’autre, se confronter, rechercher des compromis, pas en être réduit à faire les quatre volontés de l’autre !) En un mot, évitez de culpabiliser l’autre. Essayez plutôt de le responsabiliser, même face à l’autre femme de sa vie, qu’il craint peut-être encore plus que vous… sa mère !