Comment gérer la jalousie de son/sa partenaire?

gerer partenaire jaloux

Qui ne s’est jamais senti flatté par la jalousie de son partenaire ? Il est parfois agréable de voir l’autre s’assurer qu’il/elle est bien le seul/la seule qui compte pour nous ! Mais quand elle devient constante, la jalousie est une véritable plaie qui, au lieu de resserrer les liens entre les couples, les distend de plus en plus, au risque de les faire exploser. C’est que gérer la jalousie de son/sa partenaire n’est pas toujours une mince affaire…

Quand peut-on qualifier son partenaire de jaloux ?

Jusqu’à un certain point, la jalousie est normale dans un couple. Enfant déjà, on a besoin d’être rassuré sur les sentiments qu’on inspire. A la naissance d’un petit frère ou d’une petite sœur, on s’inquiète, on se demande si nos parents nous aimeront toujours autant, si on continuera à avoir une place dans leur cœur. A l’âge adulte, bien sûr, tout change. En effet, c’est désormais le couple qui est au centre de l’univers affectif, c’est-à-dire une relation avec un seul et unique partenaire, qui exclut l’intrusion d’une tierce personne. Votre partenaire, vous n’êtes disposé à le/la partager avec personne ! Dans un couple, il n’y a pas de place pour trois. Si votre conjoint s’intéressait à quelqu’un d’autre, ce serait la fin de votre amour. Et la réciproque vaut aussi pour vous ! Aussi, dans un couple, on tend souvent à s’inquiéter pour des broutilles. On se pose des questions quand on voit l’autre qui plaisante un peu trop avec une personne du sexe opposé, ou même simplement quand on réalise que c’est quelqu’un plein de séduction, qui fait tourner la tête à d’autres ! Vous sortez avec vos amis, et votre conjoint vous pose des questions sur le déroulement de la soirée ? Un de vos collègues vous téléphone tous les soirs, et votre partenaire s’inquiète ? Jusque là, rien que de très normal. Plutôt que « jalouse », votre moitié est simplement attentive, montrant, par là, que votre relation est importante, et que vous lui êtes précieux/se ! Peut-être cherche-t-il/elle aussi à attirer un peu votre attention, exprimant un désir légitime d’être rassuré, voire un peu chouchouté !  Par contre, si en rentrant à la maison à l’improviste, vous surprenez l’autre devant votre ordinateur, occupé/e à lire vos mails, s’il/elle vous téléphone plusieurs fois par jour pour vous demander avec insistance où vous êtes et avec qui vous êtes, s’il/elle vous reproche vos sourires au serveur quand vous dînez au restaurant, votre tenue trop provocante, vos talons aiguilles ou votre nouvelle coupe de cheveux… il se pourrait bien que vous ayez affaire à un/e véritable jaloux/se !

Mon partenaire est jaloux, c’est de ma faute ?

Quand la vigilance de l’autre se transforme en obsession, quand il/elle observe et analyse tous vos faits et gestes, vous soupçonnant de ne pas être sincère à son égard, vous vous demandez ce que vous avez bien pu faire pour déchaîner ainsi sa jalousie ! C’est vrai, dernièrement, vous restez tard au bureau. Mais ce sont les piles de dossiers qui vous retiennent, pas la nouvelle secrétaire ! Ou bien vous avez été particulièrement affectueuse avec ce copain de fac rencontré par hasard, vous étiez tellement contente de le retrouver et de parler un peu du vieux temps avec lui… « Par hasard ? Tu es sûre ? » insiste votre partenaire, persuadé, lui, que vous avez tout machiné et que ce bon vieux Juju est en fait votre amant secret. Au départ, sous le flux des accusations, vous dédramatisez, vous essayez de blaguer. Vous raillez gentiment la « parano » de votre conjoint, vous multipliez les preuves d’amour, les déclarations, les câlins, les week-ends en amoureux. Vous êtes persuadé/e que vos démonstrations d’affection, parce qu’elles sont sincères, vont tout arranger. Puis, voyant que ça ne passe pas, que c’est même de pire en pire, vous commencez à vous énerver, à vous défendre avec virulence ou à envoyer balader ce pot de colle qui s’obstine à vous soupçonner des pires méfaits ! Devant votre colère, les soupçons de l’autre s’exacerbent… et la discussion tourne à la dispute. Les portes claquent. D’autant que, à peine réconciliés, c’est la même scène qui recommence… pour un sourire de la caissière, pour un sms reçu au milieu de la nuit, ou même une étreinte un peu plus froide que d’ordinaire ! Pourtant, vous êtes réellement, envers votre partenaire, d’une fidélité à toute épreuve. Vous avez toujours été entouré d’un tas d’amis de l’autre sexe, c’est vrai, mais jamais vous ne tromperiez votre conjoint. Vous tenez bien trop à lui pour ça… seulement, vous ne savez plus comment le lui faire comprendre. Pourquoi la personne que vous aimez le plus au monde s’obstine-t-il/elle à tout détruire entre vous ? Qu’est-ce qui lui fait croire avec tant de conviction que vous allez le/la tromper… si ce n’est déjà fait ?

Que faire face à un partenaire jaloux ?

Tout d’abord, cessez de culpabiliser. A moins que vous n’ayez vraiment une attitude provocante à son égard (ce qui est généralement loin d’être le cas), la jalousie de votre partenaire est certainement liée à un manque de confiance en soi, à cause duquel il/elle ne peut s’empêcher de douter des sentiments qu’il/elle vous inspire. Dans les trois quarts des cas, il s’agit de quelqu’un qui a souffert d’insécurité affective pendant l’enfance, ou qui a déjà été trompé ou quitté à l’improviste par quelqu’un en qui il avait confiance. C’est souvent une blessure qui est à l’origine des comportements excessifs des adultes, une blessure dont vous n’êtes nullement responsable. Premièrement, culpabiliser ne servira qu’à alimenter les soupçons de votre conjoint qui, vous voyant rougir, être triste ou mal à l’aise devant ses accusations, se convaincra aussitôt qu’il a frappé dans le mille ! Deuxièmement, en culpabilisant, vous commencerez à vous torturer vous aussi, à mettre le pied dans le cercle vicieux qui se crée de la culpabilité à l’agressivité et qui finit par détruire, en dernière instance, votre couple à petit feu. Alors, si votre conjoint vous demande des preuves d’amour constantes, s’il vous fait la tête à la moindre blague échangée avec un/une autre, essayez de vous dire que vous avez en face de vous quelqu’un qui souffre. Quelqu’un qui manque tellement d’assurance que, c’est plus fort que lui, il n’arrive pas vraiment à croire en la sincérité de votre amour. Au lieu de vous défendre contre ses accusations, de vous mettre en colère, de vous détourner de lui, montrez-lui de la compassion. Prenez-le/la dans vos bras, cajolez-le/la, faites-lui voir que vous réagissez à sa souffrance, sans pour autant vous en sentir responsable. Mais si vos efforts sont vains, si l’autre s’entête dans son mal-être sans rien faire pour en sortir, ne gardez pas trop longtemps vos illusions… et sortez du cercle pendant qu’il est encore temps.